Les nuances au piano, comment s’y retrouver ?

Les nuances - EcolePiano33Piano, Pianissimo, et même parfois Pianississimo (!) ou encore Crescendo, Legato… Beaucoup de pianistes se perdent dans les multiples indications apparaissant sur les partitions. Et encore, celles-ci sont assez courantes. Car lorsque certains compositeurs contemporains s’amusent à nous demander de « jouer du bout de la pensée »*, là, cela peut sembler tout à fait abstrait !

Pour rassurer les plus inquiets, voici quelques explications.

 

Une nuance au piano, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un mot, d’un signe ou d’une abréviation, placé(e) au-dessus ou au-dessous de la portée, et qui permet d’indiquer : l’intensité d’une ou plusieurs notes (voire d’un passage entier de l’œuvre), la variation du volume sonore, les liaisons entre les notes, les accents toniques, etc. Bref, c’est ce qui permet au pianiste de restituer l’intention du compositeur lorsqu’il interprète son œuvre. Pour faire simple, c’est ce qui va différencier votre façon de jouer de celle d’un robot sans émotion !

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de nuances, les plus couramment rencontrées.

 

La nuance qui indique l’intensité

Vous en avez certainement repéré dans vos partitions. Les plus courantes sont Pianissimo, Piano, Forte, Fortissimo… Finalement, ces indications en italien (héritage des compositeurs du XVIIIe siècle) sont plutôt intuitives : elles vous indiquent qu’il faut jouer très doucement ou doucement, fort ou très fort. Elles sont associées à la force avec laquelle vous appuyez sur la note (et non pas à la vitesse à laquelle vous jouez). De Pianissimo à Fortissimo, vous appuyez donc de plus en plus fort sur la note.

EcolePiano33 - Nuances

 

Un petit exercice pour mieux comprendre : Entraînez-vous par exemple sur une gamme en Do majeur. Commencez très légèrement sur le Do et augmentez progressivement la pression de vos doigts sur les touches au fur et à mesure que vous avancez dans la gamme. Amusez-vous à augmenter cette pression de touche en touche de manière à expérimenter toutes les nuances entre Pianissimo et Fortissimo. Puis, redescendez la gamme de la même façon, en diminuant la pression de note en note. Vous avez saisi la nuance ?

 

Retenez qu’une indication de nuance doit être appliquée jusqu’à ce qu’une nouvelle indication de nuance apparaisse.

EcolePiano33 - SforzandoÀ une exception près toutefois (il en fallait une !) : Sforzando qui ne concerne que la note (ou l’accord) à laquelle ce signe se rapporte : il faut renforcer son intensité, c’est-à-dire la faire sonner plus fort, quelles que soient les indications de nuances qui se trouvent autour.

 

La nuance qui indique la variation du volume sonore

Vous venez d’apprendre à doser la pression de vos doigts sur une note. Maintenant, il s’agit de faire varier progressivement cette pression sur un ensemble de notes successives. Pour quoi faire ? Tout simplement pour augmenter (Crescendo) ou diminuer (Decrescendo) progressivement l’intensité du volume sonore. Ça vous paraît compliqué ? Je vous réponds que vous savez déjà le faire. C’est exactement ce que vous avez réalisé dans l’exercice précédent !

EcolePiano33 - Decrescendo

Donc, le V couché fermé à droite signifie Decrescendo (regardez, la barre du haut descend, donc il faut diminuer la pression sur les touches et jouer de plus en plus doucement, c’est facile à retenir, non ?) et le V couché ouvert à droite signifie Crescendo (la barre du haut monte, donc il faut augmenter la pression sur les touches et donc jouer de plus en plus fort).

 

La nuance qui permet de lier les notes entre elles

Lorsque vous jouez du piano, habituellement, vous frappez une note puis vous la lâchez, avant de frapper la suivante. Sauf si une indication sur la partition vous demande de lier les notes entre elles :

EcolePiano33 - Legato

 

Cette nuance (legato) signifie que vous devez tenir la touche jusqu’à ce que la suivante soit frappée : on ne doit pas entendre de silence entre les deux. Les notes sont ainsi « liées ».

 

EcolePiano33 - StaccatoInversement, le compositeur peut vous indiquer de détacher les notes les unes des autres. Cette nuance s’appelle staccato (de l’italien « staccare » qui signifie « séparer ») ; et la note est dite « piquée » ou « pointée », car un petit point apparaît au-dessus ou au-dessous d’elle. Dans ce cas, jouez-la (on dit aussi « attaquez-la ») en la détachant de la note suivante.

 

Un petit exercice pour vous entraîner : Reprenez votre gamme de Do majeur. Montez la gamme en Legato (liez les notes entre elles en vous efforçant de ne pas laisser de silence entre chacune d’entre elles), puis redescendez là en Staccato. Essayez de bien garder le rythme, pendant cet exercice, car lorsqu’on pointe les notes, on peut avoir tendance à accélérer. Aidez-vous du métronome, si nécessaire.

 

Bien d’autres exemples de nuances existent tels que l’accentuation, le point d’orgue ou encore la respiration (appelée aussi le silence) ; certaines d’entre elles peuvent même se combiner ! Cela fera l’objet d’un autre article. Pour le moment, essayez de repérer désormais dans vos partitions tous ces petits signes qui sont autant d’indications utiles à l’interprétation. Si vous en remarquez certaines que vous ne connaissez pas encore, parlez-en à votre professeur lors de votre prochain cours.

 

Pour une liste plus exhaustive des différentes nuances et abréviations utilisées, je vous recommande de consulter Wikipedia.

 

*1re gnossienne d’Éric Satie

Posted under: Actualités, Non classé

Comments are closed.